Réseaux télécoms : jusqu’ici, tout va (presque) bien

Réseaux télécoms : jusqu'ici, tout va (presque) bien thumbnail
A écouter les principaux opérateurs télécoms français, il n’y a pas encore d’inquiétude à avoir. A ce stade, les réseaux de connexion ne sont pas au bord du craquage. «Tout va bien, hormis quelques perturbations sur le mobile lundi», assure un dirigeant d’Orange. La crainte principale : que l’usage, décuplé en période de confinement, d’appels vocaux…

A écouter les principaux opérateurs télécoms français, il n’y a pas encore d’inquiétude à avoir. A ce stade, les réseaux de connexion ne sont pas au bord du craquage. «Tout va bien, hormis quelques perturbations sur le mobile lundi», assure un dirigeant d’Orange. La crainte principale : que l’usage, décuplé en période de confinement, d’appels vocaux et de services les plus gourmands en bande passante, pour le télétravail ou le divertissement comme Netflix, Fortnite ou YouTube, provoque des embouteillages et des ralentissements sur les autoroutes d’Internet et les lignes de téléphonie mobile. Au risque de créer une grande pagaille compromettant l’accessibilité des services indispensables. «Nous sommes conscients d’avoir une immense responsabilité en tant qu’opérateur télécoms et en tant qu’opérateur d’importance vitale. Nous sommes pleinement mobilisés. A date, nous ne constatons aucune congestion», indique Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad, la maison mère de Free. L’entreprise,

Libération réserve cet article à ses abonnés

Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

devices-picture

Offre 100% numérique

Vous avez déjà un compte abonné?

Je me connecte

  • Tous nos articles en
    illimité
  • Le journal en version
    numérique
    le jour de sa parution
  • Nos newsletters
    exclusives
  • RaJeux, notre appli de
    jeux


Jérôme Lefilliâtre

Read More